ACCMH - Association CIEL CALME à Magny-les-Hameaux (78114)

En lançant du lundi 21 mai au dimanche 3 juin l’opération « Vous n’allez pas toucher terre », la Fédération française aéronautique compte initier un large public au plaisir du pilotage (source Le Monde.fr)

lundi 21 mai 2007 par Webmestre

Des avions en plus dans le ciel ...
Cet article ne parle pas des nuisances sonores au ... sol.
Si le monde est beau « vu du ciel », les nuisances sonores demeurent pour les « simples terriens ». En vous remerciant.

Article cité par un de nos adhérents.

Les aéroclubs veulent prendre de l’altitude
LE MONDE | 21.05.07

Jusqu’au 3 juin, la Fédération française aéronautique (FFA) organise baptêmes de l’air et opérations-découverte. Devenir commandant de bord est un rêve accessible, et la Fédération française aéronautique (FFA) souhaite en apporter la démonstration.

© Le Monde.fr


La réaction d’un visiteur du site Le Monde.fr :

[(alain C. : Ce sport reste malgrès tout un plaisir d’égoïstes qui se soucient peu des nuisances sonores infligées aux habitants survolés. L’arrogance de bien des pilotes conjuguée au survol à très basse altitude de zones à forte densité (surtout en région parisienne) additioné du non respect des couloirs en fait une nuisance détestable. Je suis bien placé , j’habite à 7 km de Toussus-le-Noble , le vacarme est permanent dès les beaux jours , adieu jardin ...)]

L’article :

Devenir commandant de bord est un rêve accessible, et la Fédération française aéronautique (FFA) souhaite en apporter la démonstration. En lançant du lundi 21 mai au dimanche 3 juin l’opération « Vous n’allez pas toucher terre », la FFA, fondée en 1929, compte initier un large public au plaisir du pilotage et faire découvrir à ceux qui en doutaient encore que, vue du ciel, la terre est encore plus belle.

Cette manifestation, organisée dans les 600 aéro-clubs français, prévoit de faire toucher du doigt la réalité de l’aviation. Au programme sont prévus des baptêmes de l’air avec leçons de pilotage. « Il faut cesser de croire que l’aviation est un loisir inaccessible, exclusivement réservé aux riches, assure Jean-Luc Charron, trésorier de la FFA. Les pilotes privés viennent aujourd’hui de toutes les couches sociales. Prendre les commandes d’un avion est un rêve ouvert à tous. Dans un rayon de 60 km, il y a un aérodrome partout en France. »

Pour s’envoler aux commandes d’un Piper ou d’un Cessna, une formation est évidemment nécessaire. [*Le brevet de pilote privé (PPL pour Private Pilot Licence) s’obtient au minimum après 45 heures de vol, dont au moins 25 en double commande et 10 en solo supervisé.*] A la fédération, on assure que l’initiation au pilotage n’est pas aussi difficile qu’on pourrait l’imaginer. [*Le premier lâcher en solo aux commandes peut être envisagé après une quinzaine d’heures d’apprentissage environ. Le pilote en formation fait alors des « tours de piste », c’est-à-dire des atterrissages et décollages successifs.*] « Pour se retrouver seul à bord, il faut maîtriser l’aspect technique mais aussi gérer l’appréhension psychologique », estime Jean-Luc Charron. [*Par la suite, et toujours dans le cadre de sa formation, l’apprenti pilote devra effectuer seul des déplacements d’une cinquantaine puis d’une centaine de kilomètres. Ce qui exige d’être capable d’étudier la météo et de mettre sur pied son plan de vol.*]

Il faudra également satisfaire à un examen théorique, sous forme de QCM (questions à choix multiples), et passer une visite médicale chez un médecin agréé par la FFA. Dans le cadre de cette dernière, il est bon de savoir que le port de lunettes, l’asthme ou le diabète, par exemple, ne constituent pas un obstacle rédhibitoire.

Le coût global de cette formation est estimé entre 4 500 et 6 000 euros, selon le nombre d’heures de formation et le type d’appareil. Des aides sont envisageables pour les jeunes pilotes. Une fois le brevet PPL en poche, il est possible de transporter des passagers et, à condition de maîtriser l’anglais, de voler de ses propres ailes partout en Europe. Un brevet de pilote privé exige d’être mis à profit. La réglementation prévoit que le carnet de vol doit attester « d’au moins trois atterrissages dans les trois derniers mois ». Pour tout pilote âgé de plus de 40 ans, il faut aussi prévoir une visite médicale annuelle. « Un pilote privé dépense en moyenne de 1 200 à 1 600 euros par an, considère Jean-Luc Charron. C’est quasiment autant qu’un golfeur, un marin ou un cavalier. »

Il est aussi possible de s’aligner sur une piste de décollage avec son propre avion. O[*n trouve des Cessna d’occasion en bon état pour 25 000 euros et il y a en France environ 500 propriétaires.*] A l’inverse du Royaume-Uni, où il faut être souvent parrainé et propriétaire d’un « coucou » pour être membre d’un aéro-club, [*le système français est ouvert à tous. Les 44 000 licenciés de la FFA préfèrent généralement louer leur appareil pour quelques heures ou plusieurs jours.*] « Dans les aéro-clubs, on trouve une ambiance, un encadrement et des pilotes compétents qui font part de leur expérience, fait-on valoir à la FFA. Echanger est un gage de sécurité. »

Quant aux accidents, ils sont statistiquement rares. L’été 2006, où les conditions climatiques furent particulièrement bonnes et les avions nombreux à se croiser dans le ciel, a pris des airs d’hécatombe. Toutefois, sur l’ensemble de l’année, le nombre d’accidents reste identique depuis quatre ans. « Chaque accident est un accident de trop, estime Jean-Claude Roussel, président de la FFA. L’aviation légère ne fait pas partie des activités à risque. Il y a moins d’accidents que dans d’autres sports, comme l’escalade par exemple. Chaque avion subit une visite complète dans un atelier agréé après cinquante heures de vol et son moteur est remplacé après 200 heures. »

[*Faut-il pour autant durcir la réglementation ? Une responsable de la Direction générale de l’aviation civile (DGAC) n’en voit pas la nécessité. « Faire plus de règlements n’est pas forcément la bonne solution, dit-elle. La responsabilisation des pilotes est un facteur primordial, de même que la prévention. »*]

Pierre Lepidi
Article paru dans l’édition du 22.05.07.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1310 / 176680

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Dossiers  Suivre la vie du site Nuisances Aviation Légère   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 0